FR EN
MENU
LIKE marche pour l'Europe
Jeudi 09 Mars 2017

Le 25 mars 1957, les représentants de six pays européens se réunissaient à Rome pour signer conjointement les traités qui avaient pour objectif le renforcement économique et l'union des États membres. Les chefs d'Etat s'engageaient alors à défendre une union étroite entre les peuples européens. Ainsi, les Traités de Rome visaient un impact économique et social ; l'Allemagne, la Belgique, la France, l'Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas souhaitaient favoriser les conditions de vie et d'emploi de leurs peuples, un équilibre dans les échanges commerciaux pour un développement harmonieux et une diminution des écarts de développement entre les régions grâce à une politique commerciale commune, la suppression des barrières qui divisent l'Europe et la sauvegarde de la paix et de la liberté.

Pourtant, cet équilibre souhaité est aujourd'hui menacé par de nombreuses crises ; LIKE en parlait lors de La Rencontre de Bruxelles – what kind of Europe for the Future ? (08-10/02/2017) l'économie européenne peine à prendre toute sa place dans une économie mondialisée ; et les eurosceptiques de plus en plus populaires attaquent de toutes parts cette politique économique commune. Les voix de plus en plus de partis politiques à travers l'Europe s'élèvent et demandent à faire marche arrière, rétablir les frontières et la concurrence au sein même de l'Europe. En plus de chercher à diviser les pays entre eux, le nationalisme en Europe crée des fossés à l'intérieur même des pays ; des écarts sont en effet à noter entre les générations et entre les populations urbaines et rurales. Ce constat a été très explicite lors du Brexit : alors que les votants les plus jeunes, les villes universitaires ou encore Londres votaient pour le Remain, les seniors, et les zones rurales choisissaient de quitter l'UE. Les questions de souveraineté nationale sont également accompagnées d'une montée de la peur de l'autre : l'UE n'a pas su démontrer son unité dans la gestion de la crise migratoire.

A l'occasion du soixantième anniversaire du Traité de Rome, les chefs d'Etat européens se réuniront à Rome non seulement pour commémorer les traités à l'origine de la paix et du libre-échange en Europe et en célébrer les réussites, mais également pour se préparer à l'avenir. Après les rencontres de Bratislava et de Malte, le sommet informel de Rome se présente comme un aboutissement pour les membres de l'UE et leur volonté de repenser l'Union Européenne avec l'intention de préserver les principes fondamentaux de 1957 : la paix et la prospérité, tout en s'adaptant à notre ère. Après le Brexit, après l'arrivée de Donald Trump aux commandes des Etats-Unis et à la suite des propositions de Jean Claude Juncker pour le futur de l'Europe, les chef d'Etats auront à s'exprimer sur les perspectives futures pour l'Union Européenne et les moyens de réussite qu'ils y engageront. Quelle union pour les états-membres, quelle force pour l'UE ?

La société civile veut également avoir son mot à dire sur la question ; c'est aussi pour cette raison qu'elle a invité les citoyens européens, en parallèle à cette rencontre politique, à se lever pour l'Europe en rejoignant la #MarchForEurope2017 du 25 mars 2017. LIKE, qui défend fermement l'Europe comme espace de coopération culturelle, marchera à Rome et sera partenaire de l'événement. Parce que nous voulons défendre les valeurs de liberté, de diversité, d'union et de coopération, nous serons présents à Rome du 24 au 26 mars et serons ravis d'échanger avec les élus, avec les organisations, les associations de la société civile et les citoyens. Partageons notre attachement à l'Europe de la culture !

Contact : f.morelli@likeculture.eu / m.rouchet@likeculture.eu