FR EN
MENU
3 questions à... Alexandre de Resende
Jeudi 06 Avril 2017

Pour notre toute première rubrique "3 questions à.." dédiée à nos membres, nous avons interpellé M. Alexandre de Resende de la Fondation Serra Henriques dans le but de faire connaitre sa structure et mettre en lumière les liens qui nous unissent en matière culturelle.

Pouvez-vous nous présenter votre fondation et ses missions en matière d'engagement pour la culture et au niveau européen ?

La Fondation Serra Henriques a poursuit ses missions pendant vingt ans au niveau national et européen et sa structure opérante est divisée en deux unités complémentaires : éducation et culture, coopération et développement et sont toutes vues comme une responsabilité sociale et un engagement.
La culture est déjà inscrite dans les politiques culturelles pour le développement inclusif mais a besoin de nouveaux sens d'articulation et de modèles de gouvernance qui ne sont pas seulement efficients à différentes échelles mais capables de combler l'écart entre les institutions européennes, les collectivités territoriales, les communautés et les institutions qui travaillent directement avec elles sur une base régulière.

Vous êtes un de nos partenaires pour la "Rencontre de Lisboa" qui se concentrera principalement sur la coopération pour le développement des politiques culturelles des collectivités locales en Europe. Quel est votre point de vue sur la coopération et pourquoi avoir choisi d'être partenaire de l'évènement ?

Ce sommet à Lisbonne sera une place stratégique pour renforcer les liens de coopération entre les européens. Tout en représentant les intérêts du réseau LIKE au Portugal et étant l'un principaux objectifs de la fondation, l'étude de l'architecture durable et de l'urbanisme dans la promotion du progrès économique et social de manière inclusive, nous avons assisté au travail enthousiaste des municipalités portugaises travaillant avec leurs pairs sur des dossiers culturels. Dans ce domaine et tout en étant également partenaire opérationnel pour la mise en oeuvre de l'architecture nationale et la politique territoriale, nous collaborons avec les autorités nationales et locales dans la dissémination des politiques territoriales et l'échange de meilleures pratiques pour le développement et la cohésion régionale.

La fondation Serra Henriques a une ligne éditoriale pour les éditions d'architecture et a créé en 2012 le prix académique de l'architecture et l'urbanisme national (Archiprix Portugal), en partenariat avec Archiprix Foundation (Pays-Bas), les universités protugaises, le Triennale d'Architecture de Lisbonne, l'Ordre des Architectes, l'association des urbanistes, et le le Commité International Docomomo. A présent, nous organisons au Portugal le prix Iberian pour l'architecture traditionnelle – Rafael Manzano – en collaboration avec le réseau international pour la construction, l'architecture et l'urbanisme traditionnel (International Network for Traditional Building, Architecture and Urbanism, INTBAU), sous le patronage de son fondateur, Son Altesse Royale le Prince de Galles, Son excellence le Président du Portugal et soutenu par Richard Driehaus Trust. Cette initiative fera la promotion de la continuité de la tradition en architecture et protégera les paysage et l'héritage culturel pour la croissance durable.

Vous êtes membre de notre réseau depuis longtemps et êtes également très impliqué dans le développement de réseau. Qu'est ce que le réseautage vous apporte en tant que fondation culturelle et comment le développez-vous ?

Nous pensons que faire partie de ce réseau sera crucial pour le développement de nos villes et régions. On ne répète jamais assez que la culture n'est pas seulement les arts de la scène car elle s'inscrit main dans la main avec l'éducation dite "informelle". La richesse culturelle est largement basée sur la diversité en même temps que sur ses moyens d'expression modernes et traditionnels. Mais nous parlons principalement des valeurs, principes et objectifs qui rassemble ce réseau. Nous parlons de l'identité culturelle comme la somme de toutes ces expressions et la manière dont les gens vivent et comment ils sont reliés entre eux. La culture est une fin en soi mais aussi un outil, pour le choix attentif des politiques culturelles et leurs relations efficaces avec les territoires pourrait aboutir au développement de l'intégration et l'amélioration du bien-être que toutes les populations recherchent. Nous sommes certains que faire partie de ce réseau permettra de mettre au point des opportunités exclusives dans les régions et accélérer une économie plus cohésive et inclusive basée sur leur potentiel unique.

Nous voudrions remercier chaleureusement A. de Resende pour ses réponses. Nous sommes toujours ravis de collaborer avec lui et la fondation Serra Henriques tout au long de ces années et nous sommes honorés que la Fondation soit partenaire de notre Rencontre de Lisbonne !